Margrethe Vestager, un air de fraîcheur.

Fraicheur – c’est la première impression qu’on a de Margrethe Vestager, commissaire désignée pour l’important portefeuille de la Concurrence. Avec ses cheveux courts, son grand sourire, elle semble décontractée, ce qui est remarquable pour cet exercice si périlleux de l’audition.

La Danoise, ministre des Finances dans son pays, fait un joli discours d’introduction, insistant sur son engagement européen, sur les valeurs humanistes. Elle a conquis son auditoire.

Avant de répondre à chaque question, elle réfléchit un moment et reste brève dans ses réponses. Elle dit détester les abréviations – qui pourtant abondent dans les textes européens – et entend parler un langage que les gens comprendront, parce que – dit-elle – il faut mieux expliquer aux citoyens ce que fait l’Union européenne.

Elle insiste sur sa neutralité et sa rigueur ; prête à écouter tout le monde, les grands et les petits, elle entend se faire son opinion en toute indépendance.

J’ai été quelque peu surprise quand elle a annoncé qu’elle était « in love with competition » ! Et puis, réflexion faite, je comprends: elle aborde une nouvelle étape et investit un champ d’activité qu’elle découvre. Il y a toujours de la magie dans un commencement.

Je lui souhaite de garder son enthousiasme face aux multinationales qui se livrent des combats acharnés pour la conquête des marchés.

mediafins.com