L’amendement 232 sur la corrida

Mercredi 22 octobre, nous avons voté le budget de l’Union européenne de 2015, y compris le budget pour la Politique Agricole Commune (PAC). Un député vert des Pays-Bas a proposé l’amendement 232 visant à interdire des subsides directs de la PAC aux éleveurs de taureaux de corrida.

Au sein de la PAC il n’y pas d’aides spécifiquement désignées à l’élevage des taureaux de corrida, ni sous le premier pilier de la PAC concernant les aides directes, ni sous le second pilier concernant le développement rural.

L’Union européenne donne des aides aux fermiers pour leurs activités agricoles, c’est à dire la production alimentaire (blé, lait etc.) ou bien le maintien des terres agricoles en bon état tout en respectant des mesures environnementales strictes. La PAC ne prévoit pas d’aides directes ou spécifiques pour les éleveurs de taureaux de corrida.

Si nous voulons éviter que certains fermiers puissent détourner les fonds européens afin d’élever des taureaux de corrida, nous devons redéfinir la PAC. C’est bien la PAC qui est le nerf de la guerre. D’un point de vue légale, aussi dommage que ce soit, le texte sur le budget européen de 2015 ne peut pas modifier la PAC ni aucune autre politique européenne. Le budget définit les montants alloués aux différentes politiques européennes – il ne définit pas le contenu des politiques européennes, contrairement à ce que la démagogie des Verts a pu laisser entendre. Je n’ai pas soutenu l’amendement 232 parce que ce n’est pas l’instrument approprié pour mettre fin à ce spectacle macabre, et non pas par ce que je cautionne la corrida.

Redéfinissons donc ensemble la PAC pour avoir un vrai changement durable.

mediafins.com