Discours sur l’Etat de l’Union

Dans son long discours sur l’Etat de l’Union, Jean-Claude Juncker a présenté aujourd’hui sa vision de l’avenir de l’Union Européenne. Cette vision prône une Union plus unie, plus forte et plus démocratique.

« L’Europe va mieux et il faut profiter de cette fenêtre d’opportunités pour faire avancer l’Union européenne ». Dans ce contexte, il a fait des propositions intéressantes en prenant bien soin de chercher un certain équilibre : il y en avait un peu pour la droite, un peu plus pour la gauche, un encouragement pour les pays de l’est, des éloges pour l’Italie qui a « sauvé l’honneur de l’Europe ». J’espère que la direction vers une Europe plus sociale ne s’arrêtera pas aux mots et sera suivie par des initiatives concrètes.

Ce que je retiens surtout de ce discours, c’est l’incontestable amour pour l’Union et un grand engagement pour renforcer la place de l’Europe dans le monde et le fonctionnement des institutions européennes.

Les propositions énoncées lors du discours susciteront certainement des controverses mais elles auront le mérite d’avoir été mentionnées: le pilier des droits sociaux, un programme commercial européen, un budget plus consistant pour l’Union, un ministre de l’économie et des finances européen, la fusion des postes de président de la Commission et du Conseil, davantage de décisions à majorité qualifiée, de nouvelles règles de financement pour les partis politiques…

En particulier, j’accueille favorablement l’initiative de créer d’ici la fin du mois une task force Timmermans sur la «Subsidiarité et proportionnalité », sujet central pour le fonctionnement de l’UE sur lequel je travaille depuis plusieurs années.

Je salue le rappel de l’urgence de compléter l’Union bancaire et l’encouragement donné à tous les Etats-membres de la rejoindre. Je pense qu’un système financier stable est nécessaire pour servir les intérêts de nos citoyens. De même, je soutiens la réaffirmation de la vocation de l’euro à devenir la monnaie unique de toute l’Union. J’appuie la proposition assurant plus de soutien aux États qui se préparent à rejoindre la zone euro.

Je constate avec joie que le domaine digital est une priorité pour la Commission. Il me parait primordial de répondre à l’échelle européenne aux défis de l’ère numérique. Ainsi, je soutiens la création d’une Agence européenne de cybersécurité. J’aurais aimé que la Commission se penche également sur les problématiques posées par le développement de la robotique.

Après avoir présenté les 5 scénarios en mars de cette année, Jean-Claude Juncker a aujourd’hui affirmé « L’Union européenne m’a fait traverser des hauts et des bas mais je n’ai jamais perdu l’amour pour l’Europe ». Il a ainsi élaboré son propre scénario pour le futur de l’Union européenne: une Europe de la liberté, une Europe de l’égalité et une Europe de l’état de droit.

Ce fut un grand moment d’optimisme pour moi au Parlement européen. Ainsi, même le 30 mars 2019, triste moment où le Royaume-Uni quittera l’Union européenne, j’ai moi aussi l’espoir que ce jour pourra être un jour de relance et de cohésion entre les 27 États membres restants.

mediafins.com