#Code Week EU

Dans un monde façonné par notre rapport aux nouvelles technologies, notre manière de  penser,  travailler, communiquer évolue sans cesse. La rapidité et la complexité de ces innovations mettent chaque jour notre entendement au défi. Mais que l’on se rassure : cette semaine le Parlement européen propose une série d’évènements et d’interventions à même de nous aider à relever ce pari avec sérénité et panache.

L’objectif de la « Code Week » n’est pas seulement de lancer des clés de compréhension générale de ces nouveaux media mais également de nous apprendre à nous saisir de leurs outils fondamentaux comme le code.

Rassembler des curieux de tous les âges afin de démystifier les activités liées à la programmation et de nous familiariser avec ses bases, c’est l’idée principale de la « Code Week ». Des centaines de volontaires surmotivés proposent des ateliers originaux et récréatifs au sein des institutions de l’UE mais aussi dans 46 pays. L’année dernière vous avez été plus d’un demi-million à participer aux 7. 700 évènements organisés en Europe et ailleurs.

Mais qu’entend-on précisément par un « code » ?

Version lyrique :

Dans l’imaginaire collectif, le code fait référence à un ensemble de lois ou d’écrits qui peuvent régir une discipline aussi bien qu’un environnement. Et nous n’aurions pas tout-à-fait tort en télescopant cette définition à l’espace numérique. Le code informatique est omniprésent : il organise les pages web que nous consultons, détermine la bonne exécution de nos applications et logiciels. Il intervient aussi dans la programmation des robots ou l’animation des jeux vidéo. Mais à la différence des codes normatifs classiques, il ne se contente pas de trancher en ce qui est permis et interdit : il ouvre un champ de possibles illimité. En cela le code est un alphabet plastique aux déclinaisons exponentielles capables aussi bien de répondre à des impératifs de productivité qu’aux inflexions de la pensée créative.

Version prosaïque :

C’est l’architecture qui sous-tend les possibilités de la programmation informatique. Concrètement, le « code » organise les pages web que nous consultons,  détermine la bonne exécution de nos applications, logiciels et intervient dans l’élaboration des robots. Ces déclinaisons et applications peuvent légitimement sembler illimitées.

L’apprentissage et la familiarisation avec les bases de la programmation nous permettrait certes de mieux appréhender les outils de notre quotidien en exploitant pleinement leur potentiel  mais également d’expérimenter d’autres schémas de création et de collaboration.

Cette initiative européenne s’est vu accorder le renfort de mouvements éducatifs en faveur du code à l’instar de « CoderDojo » et « RailsGirls » mais aussi par de grandes compagnies comme Microsoft ou Facebook qui collaborent autour d’écoles de programmation en ligne.

Bien sûr, dans le cadre de sa stratégie pour un marché digital efficient, La Commission européenne soutient et encourage ce type d’initiative. Elle prévoit également d’établir une stratégie permanente visant à améliorer nos compétences numériques en la matière.

Pour plus d’infos sur les événements au Luxembourg : http://bit.ly/2eqMZfy

mediafins.com