Budget général de l’Union 2016

Aujourd’hui nous avons adopté le budget général de l’Union européenne pour 2016.

Tout d’abord, je regrette que l’amendement 3 sur la transparence des dépenses des députés, introduit par ma famille politique, ait été rejeté.

Ensuite, j’aimerais revenir sur l’amendement 22 d’un député des Verts visant à interdire les subsides de la Politique Agricole Commune (PAC) aux éleveurs de taureaux de corrida.

Comme je l’ai expliqué l’année passée (voir ici), au sein de la PAC, il n’y pas d’aide spécifiquement désignée à l’élevage des taureaux de corrida, ni sous le premier pilier de la PAC concernant les aides directes, ni sous le second pilier concernant le développement rural. D’un point de vue légal, aussi regrettable que ce soit, le texte sur le budget général européen ne peut pas modifier la PAC ni aucune autre politique européenne. Le budget annuel définit les montants alloués aux différentes politiques européennes – il ne définit pas le contenu de ces politiques.

Je n’ai pas soutenu l’amendement 22 parce que ce n’est pas l’instrument approprié pour mettre fin à ce spectacle macabre, et non pas parce que je cautionne la corrida. Si nous voulons mettre fin aux subsides aux éleveurs de corrida, changeons les attributions de fonds européens au sein de PAC.

Finalement, j’aimerais revenir sur le paragraphe 77 disposant que l’Union aurait besoin d’une feuille de route pour un siège unique du Parlement européen. Comme vous le savez, le siège du Parlement européen (PE) se trouve à Strasbourg, la plupart des activités des commissions parlementaires se déroulent à Bruxelles et le secrétariat général et les services de l’Institution se trouvent au Kirchberg.

Ce triptyque du PE a des raisons historiques (voir ici). Mais surtout, la décentralisation dans une Union a un sens et est encouragée par les États membres notamment pour rapprocher l’Europe et les citoyens. C’est pourquoi la Banque centrale est établie à Francfort, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) à Parme, l’Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA) à Lisbonne… Une hypercentralisation de l’Europe à Bruxelles ne serait guère souhaitable. Certes, cette décentralisation a son prix mais qui finalement n’est pas si énorme, voire neutre, en tenant compte des retombées économiques pour les villes hôtes. Voilà pourquoi j’ai voté contre le paragraphe 77.

mediafins.com